Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   31 janvier 2010



Burqa ou pas?

La France a connu un abondant débat au sujet du foulard ou du voile, il y a maintenant quelques années, avec pas mal d'agitation en milieu scolaire. Une nouvelle polémique mobilise les médias et l'opinion hexagonale: l'interdiction de la burqa, ou du niqab.

Bien entendu, nous n'en sommes pas (encore?) là en Suisse. Mais, pris globalement, le sujet n'est pas inintéressant. Qui jusqu'à maintenant se dissimulait le visage en Helvétie et en Europe? Les bandits, les carnavaliers et les bourreaux! Il s'agit donc bien principalement de se cacher dans un cadre criminel, ou ludique. Aujourd'hui, cette forme de camouflage procède d'une pratique extrémiste et minoritaire de l'islam, absolument pas prescrite par le Coran, mais bien par une de ses interprétations ou par coutume de nature tribale, reprise par des zélotes.

On peut constater parallèlement que nombre de jeunes gens sont devenus accros à la capuche, dissimulant leurs cheveux et une bonne partie de leur visage, même en été! On observe le même comportement chez certains groupes de manifestants, particulièrement les fameux casseurs, véritables adeptes de mascarade, afin d'agir en toute impunité.

En constatant ces diverses réalités, que pouvonsnous préconiser? Surtout pas d'interdire des signes prétendument religieux. Mais on pourrait songer sans dommage à une loi bien laïque, interdisant de se dissimuler, de quelque façon que ce soit sur la voie publique (même si la légifériste aiguë frappe déjà pas mal...) On veut de la transparence dans tous les domaines.

Il n'est guère extravagant de demander que chacun montre ici son visage, en toutes circonstances.

Ne pourraient le regretter que ceux qui ont quelque chose à cacher!




Réagir à cet article