Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   2 mars 2008

Commission Attali pour la Suisse?

On ne doit, évidemment, pas décalquer ce qu'entreprend notre voisin!

La situation de la Suisse est très différente, sur tous les plans, historique, dimensions, lois, système politique, langues, économie, etc.

Mais ne pensez-vous pas que notre pays devrait aussi être réformé, sur d'innombrables plans? Trouvez-vous que tout se passe «comme il faut»?
Croyez-vous que le système des partis suffit à notre analyse de l'actualité et de l'avenir? Etes-vous serein et confiant quant à notre futur? Pensez-vous que le bon vieux temps convient à la réalité de notre quotidien? Evidemment non.

On peut, comme la majorité des Français, penser que «Sarko» ne fait pas tout juste. Toutefois la mise en route de la commission Attali, chargée d'inventorier la situation et de faire des propositions concrètes de réformes, est une formidable machine à remettre en question, permettant d'aider à préparer le futur, en dehors des corps constitués.

Il nous faut mettre en route une commission indépendante des milieux économiques, des partisans, des syndicats, qui pourrait s'intituler, au hasard, «Horizon 2020«) ou «Réformer la Suisse», etc., afin de proposer des changements audacieux.
Le groupe d'experts serait en mesure de dégeler, dépoussiérer l'Helvétie, mettre en valeur ses atouts et surmonter ses blocages.

Pour rappel, la commission Attali a proposé, entre autres, de créer dix villes écolos, d'enseigner l'économie dès le primaire, d'ouvrir les professions juridiques à la concurrence, de réserver les allocations familiales aux plus pauvres et de créer des guichets uniques pour toutes les démarches administratives, etc.

Une commission type Attali en Suisse pourrait beaucoup apporter, une fois élaguée un peu de l'utopie inévitablement associée à ce type de démarche et tout en sachant que proposer suppose des rejets, provenant des intérêts particuliers.


Réagir à cet article