Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   11 mai 2008

Energie, énergie!

Les temps ne seront plus jamais comme avant.

Bien sûr, l'énergie est devenue le sujet des sujets. Un thème qui nous concerne et occupera toujours nos enfants, et leurs enfants.
La plupart d'entre nous sommes coupables. Ou culpabilisés.

En Suisse, nous devenons «Verts», quel que soit notre parti. Et c'est tant mieux! Toutefois, soyons-le un peu avec discernement. Par exemple, si le solaire a un grand avenir, les éoliennes aucun (voir www.manicore.com, le site de Jean-Marc Jancovici). L'engouement pour les biocarburants est désastreux, à part celui réalisé avec des déchets ou du Jatropha.

Et avant tout, économisons l'énergie: il y a encore une marge gigantesque de possibilités pour limiter nos monstrueux gaspillages.

Mais il faut également souligner que, quelle que soit notre action en Europe, le gros du problème est ailleurs, en Amérique et en Asie.

En ce qui concerne la pollution, des mégapoles telles que Mexico City, Sao Paulo, Manille, Pékin, etc., deviennent invivables avec un parc de véhicules monstrueux. Une des causes? Le coût du carburant, qui y est incroyablement bas, très faiblement taxé. Un simple coup d'oeil montre l'ampleur du problème. Même avec un baril autour des 120 dollars, un litre d'essence, fioul, pétrole ou benzine reste extrêmement bon marché ailleurs qu'en Europe.

Actuellement, le litre d'essence est autour de d'un franc aux Etats-Unis!!! Chez un gros producteur comme la Russie, approximativement la même chose. Et en Chine à environ 75 ct. le litre, alors qu'au Venezuela le litre coûte 45 ct.

Enfin, chez le gros producteur qu'est l'Arabie Saoudite, le litre à la pompe est dans les 25 ct. C'est évidemment beaucoup trop accessible, même si le niveau de vie n'est pas le même que chez nous. Et bien sûr cela accélère la consommation.

Que pouvons-nous faire? Rien du tout, hélas, hélas, hélas...


Réagir à cet article