Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   23 mars 2009

On va en prendre plein la figure!

En ces temps cataclysmiques, et nous ne nous trouvons certainement qu’au tout début de grands bouleversements, cela peut faire du bien de lire une citation équilibrée, tout en tentant de deviner son origine:

«Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne.
Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort.
Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l’employeur.
Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.
Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez.
Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l’initiative et l’indépendance.
Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu’ils pourraient et devraient faire eux-mêmes.»


1860, Abraham Lincoln !

Certes, les Américains sont les rois des donneurs de leçon et ne font guère ce qu’ils recommandent. Ils ont préféré, à trois reprises déjà dans l’histoire, 1946, 1997 et 2009, contraindre la Suisse à capituler devant leurs diktats.

Pendant ce temps, l’argent des fortunés américains, comme celui de Madoff, disparaît dans les paradis fiscaux que sont les trusts des West Indies, les biens nommées îles Caïmans et Anguillas, Aruba, Virgin Islands (Tortolla, Rhum Island (!), Dead Man’s Chest !) Antigua, Bahamas, Bermudes, Turks et Caïcos, etc.

Et nous serions les pirates des Caraïbes? Restons sérieux, un État ne devient-il pas pirate lui aussi lorsque sa fiscalité ponctionne 70% d’un revenu? C’est l’exagération qui a provoqué l’évasion, même par les méthodes scandaleuses et plus que dangereuses de l’UBS aux USA.

Nous n’avons fait ici que de recueillir hypocritement une partie des richesses convoitées et souvent bien mal dépensées ailleurs.

Tout cela est une bataille dans le cadre de la guerre économique actuelle. Nous n’avons pas de Général pour la mener…




Réagir à cet article