Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   28 septembre 2008

Les frontières? Pas sérieux!

Pour nombre de bonnes âmes occidenlales, le bombardement et l'invasion de l'Ossétie par Saakachvili étaient légitimes, question de souveraineté nationale de la Géorgie!

Pourtant, les frontières de par le monde n'ont jamais été immuables et ne le seront jamais.

Des exemples: tout près de nous, il est assez probable que la Belgique éclate. Que La Wallonie devienne indépendante ou rejoigne la France à cause des Flamingants. L'indonésie a accepté de se séparer du Timor-Oriental en 2002! Le Kurdistan irakien est presque séparé de fait de Bagdad. Le Cachemire veut quitter l'Inde. La Transnistrie s'est écartée de la Moldavie. Qui sait que la Somalie est complètement divisée en deux? Le Somaliland, ex-britannique, pacifique, est indépendant depuis I991, mais pas reconnu. Et le Sud, ancienne colonie italienne, est dans un état d'anarchie complète. Les Malouines seront-elles toujours les Falkland Islands? Le Québec a failli acquérir sa souveraineté. L'île d'Anjouan voudrait se séparer des Comores. Et l'indépendance de l'immense Bangladesh date seulement de 1971.

Souvent ces exemples sont l'oeuvre d'anciens colons, en particulier les Britanniques, qui inventèrent le sultanat de Brunei et le Koweït pour mieux contrôler leurs puits de pétrole, les détachant respectivement de la Malaisie et de l' Irak. Sans parler de la partition de l'Inde en 1947 pour créer le Pakistan.

Quand on considère le cataclysme que furent l'effondrement de l'URSS et le bouleversement des frontières qui en a découlé, l'«autoproclamation» d'une République d'Ossétie était-elle plus dérangeante que la création de la Slovénie, du Monténégro, du Kosovo ou de la Macédoine? Bref. l'«amputation» de la Géorgie est plutôt un retour au statu quo ante, une péripétie, replacée dans le contexte qui convient.



Réagir à cet article