Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   24.09.06

Salâm aleikoum !


L’inénarrable Président Bush peut parler publiquement « d’islamo fascisme » sans dommage. Tandis que, dans le cadre d’une conférence savante, qui ne concerne nullement le grand public, il suffit que le Pape cite un dialogue du XIVe siècle dans lequel un empereur byzantin s'adresse à un "persan cultivé", pour que des manifestants fanatiques, en viennent, aujourd’hui, et non pas au temps des croisades, ne mélangeons pas tout, à incendier des églises et tuer des chrétiens…

Eh bien, des événements de ce genre ne risquent pas de se produire dans les quatre pays musulmans que je viens de visiter, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kirghizstan et le Kazakhstan.

L’Ouzbékistan du dictateur Islam Karimov dispose sans aucun doute, avec les fameuses Samarkand et Buhkara, sur la route de la soie, des plus fabuleuses mosquées et madrasa (écoles coraniques) du monde. Des constructions gigantesques, d’une beauté à couper le souffle. Dans une région marquée par Gengis-Khan et Tamerlan.>

Le Kazakhstan de Noursoultan Nazarbaïev, n’est pas en reste dans les constructions prestigieuses à Almaty, au milieu d’un désert gigantesque, reposant sur des réserves de pétrole colossales.

L’ensemble du Kirghizstan, avec ses montagnes et glaciers de 7400 mètres, s’est couvert récemment d’un même modèle de petites mosquées préfabriquées, offertes, comme par hasard, par l’Arabie Saoudite.

Le despote Saparmourad Niazov à la tête du Turkménistan, disposant de la 3e réserve de gaz du monde, a fait bâtir, par le Français Bouyghes, entre autres, des somptueuses mosquées de marbre, dans sa capitale, Ashkabat.

Ces pays baignent dans une forme d’Islam, disons culturel, mais qui ne se croit pas obligé de s’armer d’interdits, pour soi et pour les autres. Ainsi, cette région est habitée par des musulmans peu zélés: ni voile, ni foulard. La bière et la vodka en vente libre sont consommées partout. Pas de tabou alimentaire. Pas de vendredi, journée de la prière. Pas de charia. L’URSS est donc passée par là et, indiscutablement, dans cette Asie centrale, la grande majorité des habitants est bien musulmane, mais pratique peu. (Lorsque les Américains se retireront d’Irak, la situation sera inverse : un pays laïque sera devenu enflammé par la religion). Le salut pour chacun est certes « Salâm aleikoum ! ». Les traditions sont respectées. Mais rien ne semble imposé. Bien sûr, les tyrans, tous anciens secrétaires généraux du parti communiste, qui dirigent de main de fer ces contrées, ne sont pas à la hauteur de leurs gigantesques réserves pétrolières et gazières. Mais ils ne prennent au moins pas un prétexte religieux pour dominer. On ne peut nullement exclure un certain retour à l’Islam, encore bien présent dans quelques vallées, mais cette région, aussi grande que l’Europe de l’Ouest, bénéficie d’une modération religieuse remarquable, pour ne pas dire exemplaire!



Réagir à cet article