Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   20 août 2006

De l’énergie jusqu’à la nuit des temps



On nous prédit un baril à 100 dollars (et même certains à 250 dollars…).

On nous annonce un “peak oil“ très prochain, à des dates variables.

Le catastrophisme fait recette. Les Cassandre sont nombreux. Il faut toutefois raison garder. Et, un tour d’horizon du futur nous montre très clairement qu’il y a lieu de distinguer deux choses:

- 1 les problèmes énergétiques seront résolus.
- 2 il subsistera très longtemps des problèmes écologiques.

Nous pouvons et devons impérativement nous atteler aux questions soulevées par la pollution, les déchets et le gaspillage (Nous pourrions économiser la moitié de nos dépenses énergétique en appliquant des mesures relativement simples). Ce n’est toutefois pas l’objet de cet article. Il n’est question ici que d’énergie. Or, si nous pouvons avoir des problèmes de coûts, de distribution, de raffinage, de stockage, de tensions politiques, de spéculation, il n’est pas question d’impasse énergétique, tout au plus d’un délai pour des transitions harmonieuses. C’est extrêmement facile à démontrer.

Dans le domaine des énergies fossiles:
Il y aura encore des découvertes. Il est absolument certain que d’autres réserves pétrolifères existent sur notre planète.
On a pompé dans la plupart des puits qu’une partie des réserves, pour des raisons de coûts et de technologie. Pour certains, 30 ou 40 % du pétrole est encore disponible.

Les réserves de gaz sont aussi gigantesques et étaient, jusqu’il y a peu, en partie gaspillées.

Les schistes bitumineux représentent des stocks importants, qui étaient trop chers à traiter jusqu’à il y a peu.

Les réserves de charbon sont monumentales. A part en Chine, principalement, on les avait abandonnées. Le coke reviendra d’actualité, en le traitant de manière moins polluante.

Les biocarburants débarquent en force, et plus seulement au Brésil. (Le Jatropha curcas est incroyablement prometteur.) Un grand nombre de sources de bioéthanol sont ou seront disponibles. Et elles sont renouvelables!

Passons au nucléaire. La fusion nucléaire finira probablement par être réalisable. Le deutérium, (hydrogène radioactif) est censé procurer une énergie infinie, sans l’inconvénient majeur des centrales actuelles: ces insupportables déchets, éliminables qu’à extrêmement long terme.

La géothermie et les sites éoliens resteront marginaux, mais ont l’avantage d’être des ressources éternelles. Leur développement est tout à fait possible.

L’hydrogène, avec ses réserves inépuisables, est une piste délicate, ses inconvénients dépassant encore ses avantages. Mais rien n’exclut qu’il sera un jour exploitable.

Enfin, si j’ose dire, l’avenir du solaire est sans aucun doute radieux. Le prix des panneaux photovoltaïques à base de silicium baisse constamment. De toutes nouvelles techniques avec des supports révolutionnaires sont en passe d’aboutir. Nous aurons là une ressource non polluante infinie, inépuisable. Nous maîtriserons bientôt le soleil comme il convient : nous pourrons prochainement jouer les “Icare“ jusqu’à la fin des temps.



Réagir à cet article