Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   11.04.04

Des statistiques

Bon nombre de décisions, politiques, économiques, d'entreprises, voire individuelles sont prises sur la base de statistiques.

Et lorsqu'elles n'existent pas? Ou sont fausses? Ou truquées? Ou lacunaires? Ne nous déterminons-nous pas sur une base complètement erronée?

Et bien il y a au moins un domaine où les «stats» qu'on nous fournit ne sont pas très sérieuses: la criminalité.

L'exemple le plus édifiant est représenté par Mexico City. Une récente enquête montre que sur 100 délits, seul 20% (vingt pour cent) sont annoncés à la police.

Et ce qui est tout aussi troublant, moins de 10% de ces 20% de dénonciations vont aboutir à une condamnation. Soit, pour être clair, 2% des délits, genre vol avec ou sans armes, sont punis à Mexico City...

Bien sûr, vous allez me dire, qu'il s'agit de l'Amérique latine et d'une des 2 ou 3 plus grandes villes au monde. Et si, en Europe, nous n'en étions pas loin?

Je me contente de deux anecdotes:

• Un restaurant de plage à Cannes, l'an dernier. Une jeune fille passe rapidement en emportant le portefeuille de ma voisine qui était déposé un peu négligemment dans un sac ouvert. Un courageux anonyme saisit la main de la jeune fille, lui fait rendre le portefeuille et la retient. La demoiselle se met à hurler comme si elle était la victime! Intervient alors le patron du restaurant. Il demande au héros du jour de la laisser aller en lui disant: la police la relâche systématiquement depuis longtemps, après chaque vol répété.

• Évidemment, la côte d'Azur n'est pas la Romandie. C'est pourtant bien ici, je l'ai appris il y a peu, que, séparément, 3 jeunes gens de ma connaissance ont été méchamment agressés dans le quartier du Flon à Lausanne. Comment ont-ils réagis? Pas de dénonciation, pas de plainte, rien du tout. Quelles que soient les raisons, assez évidentes, (que ce soit la peur de représailles ultérieures, le sentiment que le système ne fonctionne pas) qui amènent des jeunes gens de 20 ans à renoncer à la police et à la justice, une certitude, ces trois agressions «n'apparaîtront» jamais dans les statistiques de la police de Lausanne...



Réagir à cet article