Pierre-Marcel Favre : parcours personnel


Matin dimanche   07.11.04

TV poubelle


Jusqu'où ira-t-on? Je suppose que vous avez vu, au moins une fois, une émission de Jerry Springer sur AB1, à 19h55, ainsi que son imitation francophone Ça va se savoir, sur RTL9 à 19h25. (Il y a aussi Jackass, dangereusement trash quand les adolescents imitent cette bande de délurés). Bien sûr, bien sûr, je déteste la censure. Evidemment, personne n'est obligé de regarder certaines émissions. Il y a tout de même un immense problème: l'attirance des jeunes pour l'extrême, donc pour ces programmes. Pour ceux qui n'auraient pas vu ces séries, un rappel: sur une scène sont alignés des couples, dont l'un ou l'une des protagonistes ne connaît pas son infortune. L'animateur, devant un public hâbleur divulgue, ou fait révéler peu à peu les malheurs, l'infidélité d'un des participants et avec force, cris, insultes, tentatives de coups et blessures, ainsi que réactions provocantes du public, on assiste à des scènes de ménage d'un extrémisme inégalable. Hélas, on peut constater que ces émissions, de nature scatologique et sexuelle, font un tabac auprès des adolescents. Et ils y rencontrent, présenté comme banal, un panorama de tout ce que notre société a de plus sordide. Un étalage de l'intimité, un langage ordurier, des provocations calculées, des vociférations obscènes et des amorces de pugilat entre amants. A force d'accumulations, cela leur apparaît comme normatif. Tout ceci en début de soirée, aux heures de plus grand audimat. A l'extrême rigueur, on peut se dire que des adultes pourraient regarder cela un instant, au troisième degré. Mais pour des enfants, c'est probablement plus pernicieux qu'un film érotique.

Tout a commencé avec Jerry Springer, politicien à succès dans les années septante, un des plus jeunes maires jamais élus aux Etats-Unis, à Cincinnati, à l'âge de 33 ans. Sa carrière se poursuit à la télévision où il devient présentateur et directeur d'une grande chaîne de nouvelles. Très apprécié par les téléspectateurs pour ses commentaires, il reçoit de nombreuses distinctions. On lui propose alors d'animer un talk-show et l'horreur débute. Le Jerry Springer Show en est à sa quatorzième saison et c'est un succès planétaire. Springer est considéré comme une icône « culturelle ». De son côté, il ose déclarer que le fait d'animer une telle émission constitue une grande opportunité de rencontrer toutes sortes de gens d'horizons divers, d'écouter les problèmes qui les affectent et de développer ainsi une sensibilité et une compréhension de la vie qui l'enrichissent beaucoup. Grâce à sa notoriété croissante, il prétend soutenir de nombreux projets humanitaires alibis. Et c'est plus que navrant. Cela l'est encore plus quand le relais est pris par RTL9 pour la version française.

La grande question est, bien sûr: que faire? Le minimum, me semble-t-il, est de tenter d'avertir et de détourner, autant se faire que peut, les enfants de cette série vicieuse...



Réagir à cet article